Parent solo, un job à temps complet

Être parent solo, c’est un job à temps complet ! Vous ne trouvez pas ?

Comment j’ai eu la pression quand je me suis retrouvée seule avec mon ptit monstre de 3 ans ! C’était il y a 3 ans. Wahou la responsabilité ! Il fallait toujours être en forme, il fallait toujours prévoir plein de choses pour l’occuper (enfin je croyais…). Et ne serait-ce que d’organiser le quotidien, gérer les horaires, préparer les repas, faire les courses et compagnie… s’occuper de soi, (enfin au moins juste prendre une douche)…. Gérer ses émotions et les miennes… bref gérer tout, tout, tout & tout seul.

Quand je suis partie la première fois en vacances seule avec mon fiston, je me suis tapé des crises d’angoisse ! ==> J’avais littéralement peur de mourir dans l’appartement qui était super bien isolé au niveau phonique + porte blindée. J’avais peur que mon fils se retrouve à 3 ans enfermé dans l’appart, incapable d’être entendu des voisins ! Et comme nous ne connaissions personne dans cet immeuble, personne ne se serait rendu compte de rien avant un moment… Wow mes pensées s’emballaient fort à cette époque là !!! Oui et j’avais plein d’autres peurs 😉

Au final

Tout s’est bien passé ! Bon peut-être pas tout, mais en tout cas.. je ne suis pas morte … de peur 😛 A savoir que c’était mon choix de partir seule en vacances. Disons que j’ai ce côté indépendant et à l’époque je ne connaissais pas encore des méthodes de gestion des émotions.

D’autres parents solo partent avec des amis et ça a l’air vraiment sympa. Perso, je voulais vraiment avoir du temps avec mon enfant. Avoir du temps à passer avec lui. Pour changer de notre quotidien où il faut toujours se dépêcher. Prendre le temps de se balader, de ne rien faire, lire plusieurs livres de suite, jouer ensemble.

Et vous, que ressentez-vous dans cette vie de parent solo ?

Si vous passez par cette étape, vous vivez peut-être des moments de découragement, des moments d’angoisse. Je veux vous dire qu’il est possible de transformer vos pensées.  Je veux vous dire qu’il est possible de mieux s’organiser, même si au début on se trouve submergé. Bon et puis, ils grandissent nos ptits lutins, ça aide !

D’ailleurs en parlant d’éducation, j’ai appris à lâcher du lest, j’ai écouté les conseils d’une amie qui a 3 garçons. J’ai adoré quand elle me disait : “un bain tous les jours ? Naaannn, on ne s’en sort pas, lave le un jour sur deux c’est déjà bien ! Une douche rapide, les jours de semaines, un bain le we et roule ma poule !” Alors chacun adapte à sa sauce, mais ça m’a aidé à sortir de cette perfection, de bien le laver tous les jours à telle heure ! STOP !

Accepter que nos enfants sont… des enfants !

J’ai aussi découvert que les enfants de cet âge là, c’est pas parce qu’ils savent s’habiller, mettre leurs chaussures quand ils sont pressés d’aller au parc qu’ils sont capables de le faire le matin pour partir à l’école. Stop aux prises de tête. Je vous promets que vos enfants le feront quand ils seront capables de le faire. Aidez-les quand ils vous demandent de l’aide. Ce n’est pas de la mauvaise volonté de leur part. C’est l’immaturité de leur cerveau qui ne leur permet pas d’aller aussi vite que ce que vous voudriez. Oui, c’est du vécu !

Et c’est pareil pour tout, personne n’est parfait, on ne peut pas. J’aurais tellement voulu être une maman parfaite, toujours à l’écoute, à jouer, construire des trucs et des machins, cuisiner équilibré. Je suis à peu près à l’opposé de mon idéal ! Mais au moins maintenant je me concentre sur ce qui est essentiel : je fais de mon mieux. Alors je réussis ce que je réussis. Et c’est déjà ça 😉

Donc parfois je crie, j’ai parfois des paroles qui sortent du contexte de bienveillance … heureusement, c’est bien seulement parfois. Et après tout, il comprend bien quand il a bien dépassé les bornes ! Enfin voilà, je crois qu’on apprend à lâcher du lest uand on est une famille nombreuse. On sait que l’éducation n’est pas la même entre le bébé 1 et le bébé 2/3/4/5… on n’a plus le temps. Quand on devient parent solo, c’est le même principe, il faut s’adapter !

Donc bienvenue à vous, les nouveaux parents solo, comme nous autres, vous y arriverez 🙂

Pour cela, je vous propose cette base de 5 priorités :

  1. Se documenter sur la parentalité

    ça a changé beaucoup de choses pour moi ! J’ai mes auteures préférées, et vous ?  Se documenter, ce n’est pas que lire, c’est aussi s’intéresser à comment font les autres. Je vous propose aussi des articles pour gérer la parentalité solo en prenant en compte son ex 😉  

    Je vous transmettrai au fil de l’eau des références de lectures, de sites et blogs qui traitent du sujet et que je trouve vraiment pertinents.

  2. Organiser son intérieur pour être plus efficace et plus serein.

    Chacun sa nature hein, certains sont plus bordéliques que d’autres ! J’étais hyper conservatrice. Mon appartement débordait. J’ai donné, jeté, trié,… quand j’ai déménagé cette année, j’ai vu tout ce qu’il me restait encore, j’ai halluciné du nombre de cartons ! J’ai donc recommencé un tri une fois arrivée dans le nouvel appartement. Et j’en ai encore trop. Et un 3ème tri va arriver ces prochains mois. Parfait pour occuper deux ou trois journées cet hiver ! J’ai mes références, même si je n’arrive pas vraiment à faire tout comme c’est écrit dans les bouquins !  (c’est peut être d’ailleurs pour cette raison que c’est pas au top ah ah !)

  3. Organiser son temps & ses relations

    Entre quand vous êtes en mode parent solo et quand vous êtes en mode “célibataire”. Développer son réseau de copines célibataires à voir en solo et le réseaux de parents à voir avec les lutins.

  4. S’octroyer des temps de repos et du temps pour prendre soin de soi

    Passions, loisirs, soins, sorties, lecture, formation… Offrez-vous impérativement des zones de bonheur, de détente, de loisirs, de rencontre avec des adultes (en dehors des collègues s’il vous plait !). Dans beaucoup de villes, vous avez des réseaux de rencontres pour faire des sorties. Il y a par exemple OVS, je sais que ça existe dans pas mal de villes de France. J’ai découvert ça justement après ma séparation. Grâce à ce réseau, j’ai pu me remettre au badminton qui était mon sport fétiche. Ainsi, nous pouvions louer entre “ovésiens” des terrains pour vraiment peu cher. Et puis on rencontre du monde, on peut tenter d’autres sorties.

  5. Améliorer son état d’esprit, zapper son couple passé et préparer son avenir.

    Ne cherchez pas à analyser les erreurs dans votre ancien couple. NOOOOOOON !!! C’est du passé ! Et vous perdrez votre temps à faire ça ! Vous allez vous faire des reproches à vous-même, en faire à votre ex, en faire à une tierce personne… les choses se passent comme elles doivent se passer. Et puis les problèmes rencontrés dans un couple ne seront sûrement pas les mêmes dans le prochain couple que vous allez créer. Pour moi, la principale phrase à retenir, quand vous vous sentez désœuvré c’est que les évènements n’arrivent pas contre vous mais pour vous 🙂

Se laisser le temps pour se construire

Ainsi, avec cette base, vous serez mieux dans vos baskets, donc mieux envers vous-même et mieux envers les autres (les autres incluent les gnomes).

Alors, souvenez-vous bien : ça se fait au fur et à mesure. Il faut du temps pour que tout se mette en place.

Un peu comme quand vous commencez un nouveau job, que vous découvrez comment ça se passe. Et bien ça ne se fait pas en un jour. Il faut expérimenter, tester, échanger avec d’autres, lire pour apprendre, prendre des notes, recommencer. Petit à petit, on devient compétent pour son job.

Et vous, quelles sont les difficultés auxquelles vous avez dû faire face ? Avez-vous aussi vécu des moments d’angoisse ?
Partagez vos témoignages dans les commentaires ci-dessous, ça aide de voir comment d’autres ont galéré et surtout comment ils s’en sont sorti 🙂 A bientôt…
Milie 🙂

 

 

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 réactions sur “ Parent solo, un job à temps complet ”

  1. Anne-Marie Réponse

    Bonjour
    Super article Milie! Je pense souvent aux mamans seules avec leur loulou quand nous nous débattons avec le nôtre. C’ est pas facile, c’est un job à plein temps, comme tu dis. Le lâcher-prise est fantastique, ou encore mesurer ses progrès plutôt que ses succès, ca fait du bien et ça diminue la pression.
    Bonne continuation et au plaisir de te lire à nouveau 🙂
    Anne-Marie

    • Milie Auteur ArticleRéponse

      Bonjour Anne-Marie,
      Merci pour tes encouragements !
      Les mamans ou les papas solo d’ailleurs 😉
      D’un côté c’est plus compliqué car on assume seul-e la responsabilité de l’enfant (ou des enfants) sur un temps donné. Et d’un autre côté, c’est parfois plus simple car on est seul décisionnaire.
      Pas de dispute au quotidien avec le conjoint sur l’éducation ou la façon de faire 😉
      Très intéressant ton article sur le thème du jeu, ici on a un peu ralenti mais ça donne envie de s’y remettre !
      A très vite
      Milie

  2. Alice Réponse

    J’adore la façon dont tu explique ça, et je suis d’accord à 100% -) ils arriveront à faire leur lacets, faut pas les prendre pour des machines qui risquent de mal fonctionner si on les conduit mal ! Je me suis marrée quand tu as parlé du bain. Tous les jours à la perfection pffff, Moi le déclic du lavagium parfait-ement inutile est venu une semaine de vacances en bungalow où faire une machine à laver était une corvée. Ils sont restés boueux une semaine sans se désagréger. Le calcul était donc facile : économisons l’eau ! Je me suis rendu compte aussi que plus ils grandissent moins ils se lavent (y en a même qui mentent à leurs parents qui font semblant de les voir sortir rafraîchis de la salle de bain, les malins). Alice, triangle porteur de deux beaux gosses.

    • Milie Auteur ArticleRéponse

      Merci pour ton retour d’expérience 🙂
      En effet, relâcher la pression est nécessaire pour se sentir mieux au quotidien 😀
      Pour les mensonges des enfants qui font semblant de se laver je confirme. Mais c’est ça aussi l’enfance, le plaisir de gruger les parents ! Enfin, en tout cas, d’essayer !
      A bientôt Alice

Laisser un commentaire